28.09.2017—18.10.2017

CAC La Traverse
Alfortville, FR

L'heure rose
Morgane Tschiember
Bettie Nin, Cédric Taling

Bettie Nin - L'exposition « l'heure rose - il m'a suffi de naître pour te perdre un peu moins » est comme une promenade lyrique et plastique d'où surgissent des questions et des réponses sur le Temps. D'où vous est venue cette envie d'explorer le Temps ? 

Morgane Tschiember - D'un sentiment très étrange et très intéressant que j'ai éprouvé dernièrement, dans une maison où il y avait des horloges avec des heures différentes, dans chacune des pièces, et que je me suis alors demandée ce qu'était le Temps...
J'ai tout de suite réalisé que notre regard et notre perception du Temps changent sans cesse de siècle en siècle et d'année en année. Par exemple, quand il n'y avait pas d’électricité, c'était la longueur d'une bougie qui déterminait la longueur d'un acte au Théâtre. Aujourd'hui on a gardé les entractes mais oublié qu'ils étaient liés à la longueur des bougies de l'époque. On fait donc des actes dont on a oublié la signification de départ.
Ensuite j'ai commencé à chercher autour de moi des éléments qui pouvaient m'indiquer une durée... Un jour, en allant au zoo avec ma fille... je me suis demandée si les serpents grandissaient toute leur vie. Et effectivement plus le serpent est long, plus il est âgé. La peau d'un serpent indique donc une durée.
Il est surprenant de voir sur leur peau un motif qui se répète mais qui perd au fur et à mesure une information. Cela me fait penser aussi à un dessin, une écriture proche de celle d’un« sismographe » qui ne renverrait pas au mouvement de la terre mais à celui du temps, à moins que les deux soient liées. Dans l'exposition il y a des horloges différentes dans chaque salle. 


www.cac-latraverse.com